Conseils pour bien debuter (et arriver à la guérison!) avec le baclofene

Conseils pour bien debuter (et arriver à la guérison!) avec le baclofene
 
Contrairement aux alcooliques, les TCA supportent difficilement les effets indésirables (EI ou ES, effets secondaires) du baclofène. En effet, ceux-ci sont proches de ceux de l'abus d'alcool. Et nous n’y sommes pas habitués comme les alcooliques. De plus, rien ne nous oblige à aller aussi vite que le traitement habituellement proposé aux alcooliques qui eux, sont en danger permanent lorsque alcoolisés ( accident de voiture, violence familiale etc) Nous, ne mettons en danger que nous lors d’une crise de boulimie, et surtout le danger est rarement imminent mais bien sur le long terme. Dès lors, il est plus raisonnable même si l’on a très envie de guérir vite, d’avoir la patience d’augmenter lentement plutôt que de risquer d’aller vite et de ne pas supporter le médicament, ce qui impliquerai inévitablement un abandon. On a tendance à prendre ces abandons pour des echecs, alors qu’ils ne sont que des traitements interompus avant le terme. On peut alors reprendre , dans l’avenir, recommencer differemment, plus prudemment et cette fois parvenir à son seuil. Dès lors on adopte une progression prudente dès le départ, car une fois les EI présents, il est souvent difficile de s'en débarrasser ; pas de ciblage non plus au début . Ces EI sont la cause d'échec principal du traitement. Le Dr Renaud de Beaurepaire propose ceci :
5 mg à 9h 3 jours 5 mg à 9h et 13h 3 jours 5 mg à 9h, 13h et 17h 3 jours 10 mg, 5 mg et 5 mg 3 jours et ainsi de suite.
 
  • acheter des piluliers en pharmacie, avec minimum 5 compartiments.
  •  
  • Programmer des alarmes sur son tel pour ne pas oublier de prises (sous peine d'Effets Indésirables - EI)
  •  
  • Noter sur un carnet le protocole, les augmentations avec les dates, les changements de répartition... et éventuellement les EI, et comment on les a réglé. Fichier jointTélécharger Fichier téléchargé 749 fois (Feuille_de_route_Baclofene_TCA.xls ; 91 KO) Fichier jointTélécharger Fichier téléchargé 330 fois (Feuille_de_route_Baclofene_TCA.xls ; 91 KO)
  •  
  • Avoir toujours sur soi une boite de baclofène (sac, poche) et une petite bouteille d'eau pour pouvoir prendre sa dose même si on est dans un embouteillage.
  • Y mettre à jour régulièrement sa signature (dans le profil) pour y mettre les différentes prises, les horaires et aussi les heures habituelles de pulsions. Ainsi, on pourra t’ aider et repérer d'éventuelles erreurs. En effet les médecins n'ont pas toujours l'expérience suffisante pour ce genre de détails mais qui a en fait une grande importance. On voit, parfois des protocoles fantaisistes, trop rapides (90mg au bout d'une semaine), et ce même parmi les prescripteurs que nous conseillons. Les augmentations trop rapides sont la principale (voire la seule?) source d'échec avec le baclofène, car elles mènent à des EI très forts qui peuvent être ressentis comme insupportables !
  • Télécharge l’Outil de répartition tout de suite pour t’y familiariser. Il faut être régulier et patient(*). Certains sont libérés en quelques semaines, d'autres en plusieurs mois (La moyenne pour parvenir à la dose seuil est d'un peu plus de 2 mois pour 170 mg. (*) Voilà un petit lien pour l'éloge de la patience ou pourquoi il faut prendre son temps
  • Si tu es à 100 et as toujours des crises, c'est normal, il faut augmenter. Si tu es à la moyenne de 170 et que tu as encore des crises, pas de chance, mais c'est normal, il faut continuer. Et si à 360 tu as toujours des crises, hélas, encore moins de chance mais sache que cela arrive, il faudra augmenter encore.
  • Pour la répartition dans la journée on a trois écoles :
    • l'imprégnation avec une répartition tout au long de la journée qui consiste à simplement imprégner le cerveau en administrant du matin à la fin d'après-midi avec des intervalles de quelques heures ;
    • le ciblage des crises qui consiste en une salve rapprochée (d'une heure trente à une heure trente) avant la crise. Par exemple pour une crise à 18h00 ce serait des prises à 15h00 et 16h30 ;
    • et on peut faire un mix des deux.
  • Ne pas s'inquiéter, ni douter si au début, les crises s'intensifient ou redoublent. Ça arrive fréquemment. Les derniers sursauts de la bête.
  • Il est très courant aussi d'avoir une « Lune de miel » avec le baclofène. On est dans l'euphorie du début, pas encore trop d'EI, on mange moins. C’est un effet placebo qui disparaîtra. Ce n’est pas la guérison, elle viendra plus tard à une dose inconnue, différente pour chacun.
  • Le livre de Renaud de Beaurepaire (par exemple sur Amazon), « Vérités et mensonges sur le baclofène » est une vraie mine d'infos, de renseignements. Avec les termes qui vous permettront d'expliquer à votre entourage, le pourquoi du comment.
  • Quels sont les effets indésirables (EI) et en aurais-je ? Tout d’abord, tout le monde n’a pas d’EI (20%) , apparaissent essentiellement durant la montée . On verra qu’on peut essayer de les éviter. Un traitement antibiotique, c'est 7 ou 10 jours avec quelques EI à la clef. Qui aurait idée de le passer à 14 ou 20 jours pour diminuer les EI ? Un médicament qui n'a pas d'EI est soit un médicament inefficace, soit un placébo (quoique les placebos peuvent aussi créer des EI psychosomatiques) Ensuite, ils ne sont jamais mortels, cette molécule n’est pas létale, pas moyen de se suicider avec. Ils peuvent néanmoins être très forts. Ils sont tous réversibles à l’arrêt du traitement ou avec le temps
    • Pour éviter les effets indésirables, on peut
      • Faire des paliers plus longs, de 5 à 7 jours ou plus encore ;
      • faire des augmentations de 5 mg ;
      • combiner les deux ;
      • Abandonner le ciblage pour fractionner les prises en imprégnation ;
      • ou au contraire les espacer ;
      • baisser de 20 mg et faire une longue pause.
      •  
      • L’association alcool/baclofène majore les EI. Autant que possible, modérez votre consommation.
    •  
  • Ne reste jamais seuls avec tes soucis, EI, doutes. Il y a un médecin pour t’aider sur le forum. Tous les guéris, y compris alcool qui se soignent exactement comme nous et ont les mêmes EI, parce qu’ils ont la même maladie que nous dans le cerveau. Tous ces gens ont vécu une expérience baclofène qui sera certes différente mais utile. N'hésite pas à participer aux différents fils alcool et TCA. C'est de cette façon qu'on trouve des solutions et surtout du soutien lorsqu'on va « moyen ».
  •  
  •  
  • NE JAMAIS ABANDONNER, NI DOUTER. Ce médicament marche pour tout le monde. Il faut de la patience, de LA MOTIVATION, et de L'ENGAGEMENT. Un alcoolique qui décide de commencer le traitement a une épée de Damoclès sur la tête, prête à tomber demain ou la semaine prochaine. Ils commencent et poursuivent leur traitement avec l'énergie du désespoir car ils peuvent mourir dans un accident de voiture ou faire du mal à leur famille à tous moments. Problème que nous n'avons pas (en principe), puisque la bouffe ne nous fait pas perdre notre conscience. Il faut, lorsque les EI deviennent pénibles, se remémorer la raison qui nous a fait commencer. Vivre pendant une période donnée un traitement implique des "sacrifices" donc il faut avoir confiance. Comme si on devait se soigner d'un cancer, on ne se poserait pas tant de questions, on suivrait le traitement sans le remettre en cause même si les EI sont pénibles. Il faut mettre noir sur blanc, les EI de la boulimie à plus ou moins long terme et les EI du baclofène qui ne dureront qu'un temps et sont réversibles. Et surtout ne pas les appréhender, car l'anxiété les rend encore plus difficile à vivre. Se servir du forum pour évacuer ce genre de questions. Quelques solutions pour un ES courant du traitement, les nausées, recueillis par Manue et Martha, merci à elles: Une tasse de liquide chaud ou tiède + ¼ de cuillère à café de poudre de gingembre juste avant de prendre le baclofène Autres plantes avec la même utilisation : mélisse, thym, menthe poivrée, 2 cuillères à café de graines d’aneth, 1 cuillère à soupe de marjolaine séchée Jus de citron, ne pas sucrer avec du miel Préparer d’une part 1 verre d’eau contenant le jus d’un citron et d’autre part 1 verre d’eau (150ml) contenant environ 3,5g de bicarbonate. Boire successivement une gorgée de chaque solution en commençant par l’eau bicarbonatée. Renouvelez cette opération plusieurs fois par jour jusqu’à amélioration des symptômes. Manger quelque chose avant de prendre le baclofène essayer le cola En aromathérapie: Un massage des pieds à base d’HE de lavande peut être très apprécié , ainsi que la diffusion d’HE de bergamote-menthe (Mentha citrata) pour alléger les nausées et soutenir le moral. Protégez votre système digestif avec 500 mg de L-Glutamine 3 fois par jour. C’est un acide aminé qui réduit l’inflammation des muqueuses et les nausées. Les graines de lin aussi protègent vos intestins . Dans tous les cas, les HE de gingembre, cardamome et estragon en quantité égale, appliquées par petite touche dans le cou, au réveil, à la suite d’une opération par exemple, contrôle bien la nausée, couplé avec la pression du 5 maitre coeur (presser le point d’acupressure , à trois doigts sous la pliure interne du poignet..)
×